theatre-contemporain.net artcena.fr

Accueil de « Europeana : une brève histoire du XXe siècle »

Europeana : une brève histoire du XXe siècle

+ d'infos sur le texte de Patrik Ourednik traduit par Marianne Canavaggio
mise en scène Virginie Thirion

: Fiche pédagogique

Europeana de l’auteur tchèque Patrik Ourednik livre, à travers un inventaire désordonné et jubilatoire, un portrait féroce de l’Europe du XXe siècle. Enthousiasmée par ce texte à la langue précise et captivante, où les accumulations et les juxtapositions improbables produisent une causticité drôle, Virginie Thirion a choisi de l’aborder en suivant comme fil conducteur le sort des femmes. Pour faire entendre cette parole, elle a choisi Anne-Marie Loop. Sur scène, la comédienne incarne Europeana, l’Europe, qui raconte sa propre histoire et tente d’expliquer la marche du monde. Cette figure féminine baroque nous entraîne dans une puissante mécanique où les mots ont une place centrale. Ils nous happent, nous captivent et nous rappellent que l’histoire résulte d’une sélection des faits qui n’est pas anodine.


Questionner l’histoire


L’histoire du XXe siècle est proche de nous, nous concerne, contribue à forger notre identité et notre manière d’interpréter le monde qui nous entoure. Il existe quantité de formes traditionnelles permettant de se pencher sur le passé : livres d’histoire au ton neutre et à l’apparence objective, romans historiques, récits intimistes, etc. Dans Europeana, l’histoire nous est livrée comme une accumulation de traces, présentées dans un désordre choisi qui ne fait aucune distinction entre les petits et les grands événements. Il s’agit d’un inventaire imprévisible, sans ordre chronologique ou thématique, où se mêlent des informations d’ordre sociologique, scientifique, politique, économique, anecdotique… S’intéressant aux stéréotypes et aux lieux communs, cette forme totalement inhabituelle de relater le passé permet de soulever des questions essentielles : comment l’histoire est-elle écrite, en fonction de quels critères ? De quelle manière cette transmission oriente-t-elle notre façon de lire la réalité et d’interpréter le monde ? Quelles autres façons de relater le passé seraient possibles, nécessaires, à inventer ?


Un conte contemporain


Par ses processus relevant de l’accumulation, ses associations d’idées, le rythme de sa langue, la dynamique interne de ses phrases produisant un effet quasiment hypnotique, Europeana nous plonge dans l’univers du conte. Les mots nous captivent, nous happent, nous entraînent dans un engrenage où notre curiosité est sans cesse attisée. Des histoires courtes alternent avec des informations brutes, des répétitions scandent le récit comme des refrains, des informations anodines côtoient des données majeures : il y a là quelque chose de quasiment enfantin, une tentative faussement naïve de mettre de l’ordre dans une profusion de données. Comme dans les contes, derrière l’apparente fluidité du récit, des enjeux profonds sont à l’oeuvre : une volonté d’y voir clair et une tentative d’expliquer le monde contemporain, d’y trouver un sens. Comment les sensations peuvent-elles nous faire penser ? Par quels chemins la langue, les mots, le rythme peuvent-ils nous transmettre une vision du monde ? Dans un récit en apparence désordonné, qu’est-ce qui capte notre attention ?


L’humour féroce


Europeana débute ainsi : « Les Américains qui ont débarqué en 1944 en Normandie étaient de vrais gaillards ils mesuraient en moyenne 1m73 et si on avait pu les ranger bout à bout plante des pieds contre crâne ils auraient mesuré 38 kilomètres. » Par cette entrée en matière, le ton du spectacle est donné : des faits sont juxtaposés, des rapprochements surprenants sont opérés tandis qu’une distance est maintenue comme s’il n’y avait chez l’auteur aucune conscience de la drôlerie que cela crée. Il en résulte un portrait féroce et jubilatoire de l’humanité : calamités, inventions, découvertes, catastrophes, conséquences imprévisibles et objectifs ratés s’entrechoquent dans un inventaire grinçant. L’état d’esprit est ludique, le regard malicieux. D’où naît le comique ? Pourquoi est-ce drôle ? Quel rôle joue l’ironie ? De quelle façon révèle-t-elle le point de vue de l’auteur sur le monde ?


La femme au XXe siècle


« Et diverses enquêtes ont montré que beaucoup de gens considéraient l’invention de la contraception comme le plus grand événement du siècle parce que les femmes pouvaient s’accoupler librement avec les hommes de leur choix et avoir un enfant si elles le voulaient et quand elles le voulaient et atteindre ainsi l’indépendance économique et postuler à des postes à responsabilité et elles ne s’évanouissaient plus à la vue d’une souris parce qu’elles avaient cessé de subir les stéréotypes masculins sur les femmes. » Pour concevoir son projet, Virginie Thirion a opéré une sélection dans le texte complet d’Europeana et a choisi comme fil conducteur : la femme. Il s’agit bien de se pencher sur la mémoire du siècle passé, mais la traversée de l’oeuvre s’attache principalement à tout ce qui a trait aux femmes. Il y a l’horreur de ce que certaines femmes ont dû subir et la façon dont elles ont rejoint les hommes dans l’orientation de la marche du monde. Ces deux points peuvent paraître contradictoires. Intéressée par cette contradiction, Virginie Thirion ne détourne pas le texte pour le plier à une cause mais souhaite faire entendre, donner à penser. Dans cet état d’esprit, elle choisit de travailler avec la comédienne Anne-Marie Loop qui est l’image, la voix, le corps du spectacle. Quels changements sont intervenus au XXe siècle concernant les femmes ? En quoi la situation des femmes est-elle une piste intéressante pour étudier une société ? Le fait qu’une femme dise le texte influence-t-il le sens du spectacle ? Si c’est le cas, dans quelle mesure ?

imprimer en PDF - Télécharger en PDF

Ces fonctionnalités sont réservées aux abonnés
Déjà abonné, Je me connecte Voir un exemple Je m'abonne

Ces documents sont à votre disposition pour un usage privé.
Si vous souhaitez utiliser des contenus, vous devez prendre contact avec la structure ou l'auteur qui a mis à disposition le document pour en vérifier les conditions d'utilisation.